Les codes déontologiques de la profession de conservateur-restaurateur recommandent aujourd’hui une transparence et une communication dans les traitements effectués sur les oeuvres. Il n’est pas question dans ce postulat de diffuser les informations mais de les garder accessibles à toutes les personnes susceptibles d’être impliqués dans le conservation future de l’oeuvre. D’une part, cela évite de refaire inutilement les mêmes examens, parfois destructeurs. D’autre part, ces données sont parfois très utiles pour comprendre l’évolution d’un état de conservation, pour identifier des causes de dégradations et donc pour définir les mesures les plus appropriées.
Convaincus des bénéfices à tirer d’une bonne gestion des informations consignées dans les constats d’état, nous avons mis au point un logiciel permettant de les organiser dans une base de données. Les avantages de cet outil sont multiples: conservation des données, accès ciblé et rapide, tri, analyse. TOPO